Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Rapport de l'IG sur le décrochage : Fonder un véritable partenariat avec les associations complémentaires de l’école - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Conclusions du rapport :

Le décrochage scolaire est un processus qui résulte de la combinaison de multiples facteurs externes et internes. Son coût social très élevé, auquel s’ajoute un coût humain non mesurable dans ses effets désastreux, fait de la nécessité absolue de prévenir le décrochage un projet de société fort. 
Si des dispositifs ou des structures tels que les établissements publics d’insertion de la défense (EPIDE) ou les écoles de la deuxième chance concrétisent cette prise de conscience et se placent délibérément à côté des réponses scolaires mais à l’extérieur de notre institution, ils ont aussi un coût et des fonctionnements qui ne peuvent pas être sous-estimés et qui doivent être mis en regard des effectifs qu’ils accueillent et des résultats qu’ils obtiennent. La mission ne s’est pas emparée de cet axe qui mériterait à lui seul une évaluation à part entière compte tenu du fait que ces structures, davantage dédiées au raccrochage, s’inscrivent dans des politiques publiques. 
Ces remarques mettent en avant la nécessité que l’école se mobilise le plus en amont possible dans la scolarité du jeune, pour introduire la prévention du décrochage et la lutte contre l’absentéisme, qui en est le premier symptôme, dans ses orientations fondamentales. 
L’école ne porte pas seule la responsabilité des causes du décrochage, elle ne peut donc pas à elle seule y apporter une réponse. Il lui faut accepter de collaborer avec toutes les institutions qui, chacune dans leur champ de compétences, peuvent et doivent partager les réponses globales à mettre en œuvre pour chaque décrocheur. L’intégration d’alliances éducatives qui ont fait la preuve de leur efficacité s’impose. La redéfinition de la formation dans le cadre de la loi de refondation de l’École de la République est l’occasion d’introduire cette dimension. 
Mais, dans son champ de compétence pédagogique et éducative, l’école doit s’atteler à réviser ce qui est repéré comme conduisant certains élèves à quitter leur formation sans diplôme. Elle doit être attentive aux signaux que l’élève envoie.
La mise en place récente du système interministériel SIEI permet un vrai progrès dans le repérage des décrocheurs. Il faut désormais passer à une deuxième étape qui est celle de la construction de réponses aux situations rencontrées et de la mesure des effets obtenus. Les expériences diverses effectuées dans des dispositifs doivent être capitalisées et promues sans attendre pour répondre au décrochage de manière efficace. 
Il convient également d’engager des corrections, sinon des réformes de fond, s’agissant de pratiques pédagogiques et de conceptions de l’enseignement qui favorisent et même conduisent au décrochage. 
Aucune réforme de l’enseignement ne devrait être engagée désormais sans qu’elle ne contienne des modalités de prévention du décrochage. L’objectif de réduire à 9,5 % les sortants sans qualification d’ici 2020 peut être atteint, comme peut être atteint celui de diminuer de moitié dans les cinq prochaines années le flux des décrocheurs. Cette politique 
volontariste doit engager toute la Nation et ne concerne pas seulement l’école et ses partenaires naturels. Elle doit être expliquée à nos équipes pour qu’elles en comprennent les enjeux qui correspondent si bien à leurs valeurs. 

Anne ARMAND
Claude BISSON-VAIVRE
Philippe LHERMET




accès au rapport :

http://cache.media.education.gouv.f...


barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES