Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Un printemps incertain - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

A un hiver doux, succède un printemps précoce mais incertain

Le contexte politique où tout le monde attend les résultats des élections municipales (qui sont locales, rappelons-le) incite nos dirigeants à une grande prudence. Les bruits de remaniements circulent, les couloirs des ministères sont très fréquentés, des cartons se remplissent, des espoirs naissent ….

Où est le grand projet politique annoncé il y a deux ans ? Qu’en est-il de l’espoir suscité à ce moment là ? Nous, acteurs de terrain, avons repris nos bâtons de pèlerin, nous avons participé à la concertation de 2011, nous avons fait des propositions autour de la loi de refondation, nous faisons partie de différents comités (souvent très riches d’enseignements), nous sommes sollicités demandons des auditions, en résumé, nous nous engageons.
Certes, 1989 était dans nos mémoires, mais cette fois encore nous avons pensé qu’il fallait faire avancer nos idées de réforme, car nous connaissons l’urgence de la situation à l’école.

Deux ans après 2011, où en sommes-nous ? La réforme des temps scolaires se met en place vaille que vaille, même si l’arbre des rythmes a complètement caché la forêt de la refondation…, les missions des enseignants ont été redéfinies, l’éducation prioritaire est remise en chantier, les ESPE commencent à prendre tournure dans la tension, le CSP travaille sur le chantier important du socle commun et de la refonte des programmes.
Mais en même temps, nous voyons comme il est difficile de faire avancer quelques idées : une école de 3 à 16 ans, une autonomie réelle des établissements avec une régulation nationale, une formation commune à tous les acteurs de l’éducation, la reconnaissance des compétences des praticiens de terrain pour la formation des formateurs ….

Certes, nous savons qu’il faut du temps pour réformer un système éducatif, (entre 10 et 30 ans), nous pouvons comprendre qu’en France il en soit ainsi et qu’il vaille mieux faire bien qu’à la va-vite. Qu’enfin nous donnions du temps au temps, Mais nous savons aussi que chez nous les réformes peuvent s’abîmer dans les limbes et disparaître, anéanties par la facilité de l’administration française à tout digérer et par le refus de beaucoup d’acteurs de l’éducation de tout changement.

Nous aimerions tout simplement reprendre confiance dans ce projet de réforme, et pour cela, il faut que le projet politique soit clair et soutenu par nos dirigeants politiques. Nous aimerions avoir l’impression d’être écoutés, entendus, nous aimerions ne pas nous sentir trop seuls. La mise en mouvement citoyenne passe aussi par un engagement et le courage du politique.

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES