Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Démission de Boissinot : réaction d'Eric FAVEY (membre du CSP) - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

On ne peut pas laisser croire que la démission d’un président va stopper le travail engagé par le CSP, ni que, in fine, les programmes redeviennent l’exclusivité de l’institution.

Je suis frappé aussi par les commentaires sur la proposition de socle du CSP qui témoignent pour beaucoup d’une lecture très partielle, anecdotique et superficielle.

Considérer comme l’écrit le Café pédagogique que nous ne serions inspirés que par l’évaluation terminale du socle est l’inverse de ce que nous écrivons. Ou affirmer comme le fait le SE/Unsa que nous ne reprenons pas les 8 compétences clefs européennes…c’est une interprétation certes, mais dont la lecture des 20 compétences que nous proposons (4 par domaines) montrent que nous les intégrons plus complètement que le socle précédent, en particulier une qui en était absente « apprendre à apprendre ».

Sans doute n’est-il pas exempt de reproches . je pense qu’il est encore trop piloté par l’aval et affiche des ambitions qui parfois sont celles que nous pourrions avoir pour le lycée. A nous d’améliorer l’ensemble et de situer le socle comme « le programme des programmes » en ne lui demandant pas de détailler des contenus et des modalités de mise en œuvre et d’évaluation qui relèvent des programmes de chaque cycles en cours de réflexions.

Bref le débat doit maintenant s’engager mais sur des bases sérieuses. A cet égard, il me semble que la Dgesco pourrait dès maintenant poser les bases et principes de la consultation de l’automne en invitant toutes et celles et ceux qu’il va concerner à prendre connaissance des propositions pour être prêts dès début septembre. Dans ce cadre, dégager un temps pour les personnels à la mi-octobre pour qu’ils formulent leurs appréciations serait sans doute apprécié. De même signifier dès à présent que ce débat concerne tous les acteurs éducatifs, au-delà des enseignants aura une forte portée sociale, politique et culturelle : les autres personnels non enseignants, les parents, les collectivités, les associations éducatifs et mouvements pédagogiques, et même dans des formes à trouver les élèves, notamment collégiens…

Les programmes, leur réécriture, l’évaluation nouvelle qui en découle et le suivi de leur évolution sont un des leviers principaux de la refondation et de l’objectif de justice sociale et de bienveillance qui sont au cœur de la loi.

Eric FAVEY

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES