Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Enseignement moral et civique : nouveaux programmes, première réaction - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Commentaires JY Langanay
(ex prof d’histoire-géo, principal de collège, proviseur Lycées et LP, IA IPR EVS, directeur de CRDP)

Cette maquette de programme a le mérite d’exister (voir infra) mais se révèle fort décevante sur de nombreux points :
-  Elle méconnait l’histoire de l’enseignement civique ces cinquante dernières années et les causes principales de son échec. Cet enseignement confié – dans le second degré - aux professeurs d’histoire géographie était le plus souvent négligé par ces enseignants au profit des programmes d’histoire et de géographie. Inspecté à deux reprises lors de mes débuts de carrière de prof d’HG, je n’ai jamais été interrogé sur mes activités dans ce domaine par les deux inspecteurs rencontrés. Rares étaient mes collègues qui y consacraient un temps significatif. Je ne vois pas de raisons que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets.
-  Repérer explicitement les professeurs d’HG et facultativement tous les autres relève d’une dichotomie très hasardeuse.
-  Absence de mémoire : on oublie les apports de l’ECJS en lycées et LP. Il y avait là une source d’inspiration interdisciplinaire dont on aurait pu tirer profit. De même pour d’autres dispositifs pédagogiques tels que les TPE, les IDD, etc.
-  Le texte s’appuie sur une organisation du temps scolaire réputée éternelle. Ce choix de distribution horaire (au profit de l’HG) porte en germe la dissolution progressive de l’EMC.
-  L’heure de vie scolaire a désormais un sort incertain ballotant entre compléments d’enseignement et études de cas aléatoires (dans le temps et l’espace). Là encore, l’heure de vie scolaire méritait évaluation et relance. Une vision pessimiste pourrait conduire à augurer d’un sort comparable à la note de vie scolaire, contestable dans ses motivations et son organisation mais ni évaluée ni régulée avant sa suppression sans autre forme de procès.
-  L’apport des personnels d’éducation et de documentation, crucial ici, n’apparait qu’à la marge.
-  L’apprentissage de la démocratie à l’école et au collège ( ex : conseils de vie collégienne) a fait l’objet d’expériences fort intéressantes qui auraient pu être mieux mis en exergue. De même pour les établissements ayant mis en place depuis près de 30 ans la médiation scolaire (ex : collège Robespierre à Saint Etienne du Rouvray avec JP Bonafé Schmidt)
-  La portion congrue affectée aux autres acteurs de l’éducation : autres personnels des établissements, parents, associations, collectivités territoriales, etc.
-  Des propositions d’évaluation qui restent fortement à affiner, pour le moment trop souvent limitées à des réponses binaires (oui/non)

Quelques points positifs cependant :
-  La nécessité d’aborder les questions relatives à l’organisation de cet enseignement en conseil des maîtres, conseils d’école et conseil pédagogique.
-  Une approche curriculaire établissant une continuité du cycle 2 au cycle 4.
-  Des propositions de contenu proches de l’exhaustivité et fondées sur une vision assez claire de ce que pourrait être cet enseignement.
-  La notion de port folio (sous condition d’améliorer les propositions sur l’évaluation) mérite intérêt.

le document programme :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/Organismes/32/8/CSP-Projet_EMC_337328.pdf

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES