Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Actualités du groupe académique Aix-Marseille - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Le groupe académique Aix-Marseille a organisé une réunion le mercredi 27 janvier 2016 autour du thème suivant : "Laïcité : l’enseigner et la vivre dans nos établissements scolaires du second degré. Avec quelle pédagogie ? La réforme va-t-elle aider ?".

Les échanges sur nos expériences et nos pratiques professionnelles ont eu lieu en présence de Françoise Lorcerie, Directrice de recherche émérite (2012)
Le compte-rendu de la rencontre du 27 janvier 2016 est à découvrir ci-dessous :

PDF - 464.1 ko
Compte Rendu groupe académique Aix Marseille 27 janvier 2016

ASSISES DE L’ETABLISSEMENT FORMATEUR – 27 MAI 2015 de 9H à 16H30

Cette manifestation est co-organisée par le Rectorat d’Aix-Marseille, l’ESPE et le CAPE (dont Education & Devenir fait partie).

Vous pouvez vous inscrire par le biais du lien ci dessous :

http://sphinx.espe.univ-amu.fr/Ginestie/Participation/questionnaire.htm.

Nous rappelons que c’est lors de cette journée que sera signée la convention académique ESPE / CAPE.

Le programme définitif de la journée sera prochainement envoyé.

Trois tables rondes seront organisées. Les thèmes s’appuient sur le questionnaire auquel nous avons répondu :

- La mise en stage en Ecole et en APLE et mise en œuvre de nouveaux dispositifs
- Relations recherche / formation
- Place et rôle de la communauté éducative dans la formation des partenaires de l’école. (E&D est intervenant sur cet atelier)


Le 1er avril 2015, après-midi, une conférence "table ronde", associant Éducation et Devenir au CRAP-Cahiers Pédagogiques, a été accueillie dans les murs du Canopé d’Avignon par Thierry Nadal, son directeur.
Devant une trentaine de personnes, Émilie Pradel, enseignante en primaire à Cavaillon, Jean-Michel Zakhartchouk, membre actif du CRAP, auteur de livres et de nombreux articles de pédagogie, et José Deulofeu, professeur de linguistique française à l’université d’Aix en Provence, ont échangé sur le thème de la maîtrise de la langue, les enjeux du nouveau socle et de la réforme du collège. Emilie Pradel a illustré ses propos par la projection d’extraits d’un film créé avec sa classe. Vous en trouverez le lien dans la pièce jointe. Bonne lecture.

PDF - 214.5 ko
Discours d’introduction table ronde 010415
PDF - 210.8 ko
Notes table ronde 010415



Compte-rendu de la réunion du groupe académique d’Aix-Marseille
Mercredi 18 février 2015
Lycée Jean Monnet – Vitrolles

PDF - 225.3 ko
CR Groupe Aix-Marseille 18 02 15

L’équipe d’Education et Devenir (E&D) d’Aix Marseille a été sollicitée par les animateurs du bassin de Marseille Centre pour intervenir devant les CPE du bassin autour des thématiques éducatives et de vie scolaire d’E&D. Cette réunion avait lieu le mardi 25 novembre 2014 au Lycée du rempart dans le 7e arrondissement de Marseille. C’est Cathy MARRET, nouvelle correspondante académique d’E&D et Sylvain LADENT, ancien secrétaire général et Proviseur du lycée du rempart qui ont préparé cette intervention.

Pour une école du vivre ensemble et de la réussite pour tous

Sylvain LADENT a présenté l’association, rappelant le rôle pionnier d’Alain Savary, comme ministre de l’éducation nationale lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, avec une forte volonté déconcentratrice, visant à donner plus de place aux acteurs sur le terrain, à l’autonomie pédagogique et éducative et à la réduction des inégalités à l’école avec, par exemple, l’émergence de l’éducation prioritaire.
Il rappelait combien, pour E&D, l’école est le creuset du vivre ensemble et de l’épanouissement de chaque individu, en s’appuyant sur l’apprentissage des valeurs de la démocratie. Tous les personnels doivent concourir aux missions de l’école et il y a un lien fort entre le pédagogique et l’éducatif.

S. LADENT citait les thèmes de deux colloques d’E&D, le précédent à Rouen et le prochain à Lyon, en liant les deux thématiques : la confiance dans les acteurs de l’école et le pouvoir d’agir.
Il n’est plus possible, ni cohérent de penser au projet éducatif d’un établissement si on ne relie pas ce qui se passe dans la classe et en dehors de la classe. La place de l’autonomie de l’élève dans la classe, de sa liberté au sein des établissements scolaires, des marges de responsabilités que les adultes s’autorisent à lui confier nous interrogent, surtout quand on regarde ce qui se passe en Allemagne ou en Italie.

Depuis quelques années, la logique des parcours, la mise en œuvre du projet personnel de l’élève, les nouveaux programmes et des dispositifs innovants s’appuient sur un travail conjoint des enseignants et des personnels d’éducation ou d’orientation. L’individualisation des parcours nécessite de faire dialoguer le jeune, sa famille et plusieurs personnels qui doivent ainsi croiser leurs regards.
Sylvain LADENT s’est adressé plus spécifiquement aux CPE, en prenant appui sur le nouveau référentiel du métier. Ils sont des experts et, à ce titre, ils doivent conseiller le chef d’établissement ou les équipes. Ce nouveau positionnement ouvre des perspectives et des chantiers sur lesquelles Cathy MARRET souhaitait insister.

Pour une vie scolaire, force de proposition.

Les CPE et La vie scolaire peuvent-ils être force de proposition ? C’est l’angle par lequel nous avons abordé la question du rôle que ce pôle d’un établissement scolaire peut jouer en matière de traitement de la relation éducative. Forte des objectifs ambitieux à l’origine de sa création (donner aux élèves des nouveaux CET des années 1950 une culture et une éducation qui leur permettent de devenir des citoyens éclairés), la vie scolaire joue un rôle prépondérant dans l’apprentissage de la socialisation. Parce qu’elle a pour culture d’adopter une approche globale de l’élève, elle a une coudée d’avance sur les enseignants qui consignent l’enfant ou l’adolescent à une place identifiée et restreinte : celle de l’élève dans un cours disciplinaire encore trop souvent magistral.

Les Conseillers Principaux d’Education (CPE) peuvent se positionner comme conseillers auprès du chef d’établissement et des enseignants et impulser la création d’un projet éducatif pour lequel tous les acteurs d’un établissement s’engagent. La réponse à la difficulté scolaire, aux expressions de souffrance variées d’un adolescent (violentes ou passives) est systémique. La construction du projet éducatif de l’établissement est collégiale. L’enseignement et la scolarité d’un élève forment un seul et unique système car l’élève est un sujet unique et l’école a un seul objectif : sa formation.

Le projet d’établissement inclut un projet éducatif co construit, mais par-dessus tout, il se décline par des actions de prise en charge des élèves qui impliquent tous les acteurs de l’école. Professeurs, AED, mais encore personnels de santé et du social peuvent ainsi travailler conjointement pour de l’accompagnement éducatif, personnalisé ou encore pour le suivi des classes. De nouveaux espaces peuvent être construits où les AED, les CPE et les professeurs, notamment documentalistes, organisent des moments d’aide aux devoirs, de remédiation et de construction d’autonomie. Les outils numériques, tels que les ENT peuvent y jouer un rôle prépondérant. Inventer ensemble des périodes d’accueil, des fonctions de tutorat qui sont autant de temps et de moyens d’accompagnement crée un maillage qui rassure l’élève, sécurise l’espace et apaise le climat scolaire. Enfin, inventer des modes d’évaluation positive, donner la parole à l’élève grâce à de l’auto-évaluation sur des tâches scolaires, des apprentissages, le responsabiliser lors des prises d’initiative ou de réalisation de projets, sont des positionnements éducatifs qui peuvent être construits ensemble et qui apporteront une cohérence intelligible entre les temps de cours et les temps hors cours.

Enfin, le traitement du non-respect du règlement intérieur ne peut être délaissé à la seule vie scolaire pour une seule et unique raison : le respect de règles d’hygiène relationnelle. Le professeur règle lui-même les problèmes relationnels qu’il peut rencontrer lors de sa relation pédagogique avec un élève, parce qu’en tant qu’enseignant il est aussi dans une relation éducative. Et il n’attend pas que quelqu’un d’autre le fasse pour lui car ça ne marche pas. Cela n’interdit pas que le CPE l’aide en faisant tiers ainsi que dans le choix de la sanction la plus appropriée. Dans les pays où les vies scolaires n’existent pas, les enseignants gèrent eux-mêmes leurs relations à leurs élèves et cela participe d’un sentiment de relations plus justes et plus confiantes. Les CPE savent mener ces entretiens nécessaires aux mises au point. Ce sont des pédagogues chargés de l’accompagnement éducatif et pédagogique.

Alors, oui, les CPE peuvent être force de proposition car leur culture d’approche globale de l’élève est un atout qui les autorise à montrer la voie d’une évolution de la prise en compte de l’élève comme un individu complexe. La vie scolaire -nous avons la chance d’en avoir une en France- faisons en sorte que ce soit l’affaire de tous.
Sylvain LADENT et Cathy MARRET

  • Flyer Exercer le métier d’enseignant - 13 décembre 2014
  • 1er décembre 2014
  • 1.3 Mo / PDF
  • Table ronde - le nouveau socle : quelle maîtrise de la langue ?
  • 8 avril 2015
  • 776.4 ko / PDF
barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES