Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Edito - point de vue d'Arnold BAC - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Avec l’aimable autorisation de Touteduc

La Lettre de ToutEduc n° 308 du 23 au 30 mars 2016

Cette semaine, nous ne vous proposons pas un éditorial, mais le point de vue d’un temoin engagé, puisqu’il a été, à la Ligue de l’enseignement, le premier organisateur des rencontres Rennes en 1998. Arnold Bac se félicite de voir que "la mayonnaise de l’éducation partagée" commence à prendre parmi ceux qui, sur le terrain, agissent en ce sens.

Les 10es Rencontres nationales de l’éducation se sont tenues à Rennes les 23 et 24 mars. Qu’est-ce qui peut conduire plus de 500 personnes, venues de toute la France, à consacrer deux journées à entendre, à s’exprimer, à échanger, à débattre sur le thème de L’éducation partagée, une nouvelle ambition pour tous les territoires ? Certes, le thème lui-même, ses déclinaisons, Egalité, laïcité : passer du discours aux actes ou L’éducation partagée pour refonder la citoyenneté…, la qualité des intervenants, le fait que tout cela correspond à l’actualité e nombreux acteurs de l’éducation. Mais, à une époque où l’on peut tout trouver sur Internet et même communiquer par vidéo, visionner des interventions en direct et réagir immédiatement via les réseaux sociaux, cela n’est-il pas étonnant ? Pour paraphraser les commentateurs, "il y a certainement autre chose". Autre chose qui pousse à ce que des bénévoles, des professionnels, des responsables, des cadres, des élus fassent le déplacement.

C’est très certainement l’impérieuse nécessité de lever le nez du guidon, de rencontrer les autres, de prendre le temps… et d’y trouver du plaisir. Le plaisir que traduisait le silence impressionnant durant l’intervention, par une projection vidéo de plusieurs dizaines de minutes, d’Edgar Morin : celui d’être ensemble, celui d’une communion intellectuelle, du bonheur d’une écoute partagée et ce, dans une assemblée qui mêlait différentes générations. Le plaisir de se rendre compte, comme le disait une participante à l’issue des Rencontres, que, "à la différence de précédentes éditions, ça avançait car personne n’avait cherché à tirer la couverture à soi pour son institution, et que tout le monde était là dans le même but". Elle approuvait le propos d’un autre participant : "la mayonnaise de l’éducation partagée commence à prendre".

Qu’est-ce qui peut expliquer cette évolution ? D’une part, le facteur temps : les Rencontres existent depuis 18 ans et ont acquis maturité et légitimité. D’autre part, les réseaux d’éducateurs et d’élus investis dans les projets éducatifs territoriaux depuis longtemps, et prenant appui sur la loi de juillet 2013, fruit pour partie de leurs efforts prolongés, ont su faire évoluer les projets locaux pour que l’éducation partagée commence à y devenir une réalité. Ainsi, lors de ces deux jours, les intervenants ont pu, en substance, dire et répéter que le socle commun de connaissances, de compétences et de culture devait être le conducteur de toutes les actions éducatives dans les territoires sans qu’aucune contestation ne se manifeste : cela témoigne qu’effectivement une étape semble avoir été franchie. "On va repartir avec de la matière à moudre" a dit une autre participante, habitante et militante associative du quartier populaire où se déroulaient ces journées. Dans un domaine où l’optimisme est rarement de mise, celui de l’éducation, où le bruit permanent est celui du découragement, du désenchantement et du mécontentement encore trop souvent justifiés, ces deux journées sont-elles une hirondelle qui annonce un printemps pour le paysage éducatif français ? C’est l’avenir qui le dira, avenir que l’on peut espérer ou redouter, avenir que l’on peut éventuellement pronostiquer, mais que nul ne peut sérieusement prédire.

A noter que ces journées de Rennes rassemblent des acteurs convaincus de la pertinence des projets éducatifs territoriaux, qu’ils viennent de l’Education nationale, des collectivités ou des associations.

Arnold BAC
Pour Touteduc
Membre du Conseil d’Administration d’Education & Devenir

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES