Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
les propositions de l'UMP pour l'Ecole - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Présidentielle 2012 : l’UMP propose une nouvelle organisation des établissements et un grand plan national de soutien scolaire

Permettre aux chefs d’établissement de recruter eux-mêmes leurs équipes pédagogiques, « en finir vraiment avec la carte scolaire » avec des établissements par niveau, lancer un grand plan national de soutien scolaire en primaire : ce sont quelques-unes des propositions de l’UMP rassemblées dans un document d’une trentaine de pages intitulé « Justice sociale. Solidaires et Responsables », présenté mercredi 8 juin 2011 lors de la convention « Justice sociale » du parti.

L’UMP défend l’idée d’une « méritocratie réelle », afin « d’ouvrir de nouvelles opportunités aux plus méritants dont la situation est aujourd’hui figée du fait de leur origine sociale et géographique ». Le grand programme national de soutien scolaire, baptisé « Les ailes de la République » répond à cet objectif. Il s’agit d’amplifier l’accompagnement personnalisé en développant dans les écoles primaires classées en éducation prioritaire un vaste plan de soutien scolaire, sur le modèle du mouvement associatif américain « Teach for America » qui mobilise des milliers de volontaires pour lutter contre les inégalités scolaires dans plusieurs États du pays ».

« Concrètement il s’agit de développer une étude surveillée avec du soutien scolaire gratuit dans tous les établissements de l’éducation prioritaire » grâce à un plan de mobilisation des acteurs associatifs des enseignants retraités ou en formation, des étudiants, des bénévoles. Ce programme national aurait évidemment « un volet ’on-line’ permettant de recruter des bénévoles hors des zones d’éducation prioritaire ».

« Dans l’hypothèse d’un service civique obligatoire, le volet « Éducation nationale » serait prioritaire, avec la mise à disposition d’auxiliaires de professeurs d’écoles dans les classes de CP et CE1 des écoles primaires en ZEP, avec le développement massif du soutien scolaire gratuit et des cours d’alphabétisation pour les parents ».

RECRUTEMENT DES ENSEIGNANTS PAR LES CHEFS D’ÉTABLISSEMENT

L’UMP propose également une nouvelle organisation des établissements. « Nous voulons développer l’autonomie des établissements scolaires avec la possibilité pour les directeurs d’établissements de recruter eux-mêmes leurs équipes pédagogiques parmi les enseignants titulaires. Des budgets supérieurs seraient alors attribués aux établissements classés « éducation prioritaire ».

« Pour en finir vraiment avec la carte scolaire » et instaurer une « vraie mixité sociale » à l’école, l’UMP propose d’ « expérimenter les établissements scolaires par classe plutôt que par quartier dans les zones urbaines ». « Par exemple dans une agglomération avec deux collèges, plutôt que d’avoir un établissement pour les élèves du centre-ville avec tous les niveaux (6e à 3e) et un collège pour les élèves du quartier populaire avec tous les niveaux (6e à 3e), on pourrait mettre en place des établissements par classes ; un établissement regroupant tous les élèves de 6e-5e de l’agglomération, un autre tous les élèves de 4e-3e ».

ORIENTATION : UN PLAN D’INTERVENTION DES ÉTUDIANTS

L’UMP propose en outre de « mettre l’orientation au cœur des missions de la communauté éducative ». Cela passerait par la « responsabilisation » d’un membre de la direction, en charge des relations extérieures de l’établissement (organisation d’un annuaire des entreprises du bassin d’emploi, organisation de journées d’information, organisation « comme toutes les facs américaines » d’un « Mur des anciens » avec coordonnées des anciens ayant « réussi », et un book des anciens avec les statistiques sur les parcours des élèves à la sortie du collège et du lycée, permettre aux anciens élèves de revenir présenter leur parcours et « tirer vers le haut un maximum d’élèves »).

L’UMP propose également un programme national d’intervention de tous les étudiants de grandes écoles et des étudiants en master 2 auprès des élèves de seconde pour leur présenter les filières d’excellence (ce qu’on y fait, comment on les intègre, débouchés…).

Les grandes écoles et universités « mettraient à disposition » des collèges leurs étudiants une demi-journée afin qu’ils puissent témoigner dans les classes. Cette « intermédiation » entre les grandes écoles, les universités et les établissements serait assurée par l’Onisep. Les lycées particulièrement impliqués pourraient recevoir un Label « Avenir Réussite ».

L’UMP avance l’idée de classes « métiers-études » à l’image des classes « sport-études » « pour permettre aux jeunes qui le souhaitent d’axer une partie de leur enseignement sur le monde professionnel, la découverte des métiers, et les savoir-faire technique ».

DÉVELOPPER LES JARDINS D’ÉVEIL

S’agissant de la petite enfance, l’UMP veut développer les jardins d’éveil pour élargir l’offre de garde pour les 2-3 ans, notamment pour les milieux défavorisés. « Face à la proposition du PS de développer la scolarisation à deux ans, qui n’est pas souhaitable pour tous les enfants « loin de là », nous proposons plutôt de développer les jardins d’éveil », sous la responsabilité des communes et intercommunalités, en lien avec les CAF.

INSTITUTIONNALISER LA PRÉSENCE DES PARENTS

Enfin, pour responsabiliser les parents, et renforcer le lien entre l’école et les familles, le parti gouvernemental propose d’institutionnaliser la présence des parents dans l’école, à travers un référent parent par classe, un espace dédié aux parents dans l’établissement, des ateliers mensuels organisés avec d’autres acteurs comme ceux de la prévention contre la drogue, la violence, des associations locales de soutien. »

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES