Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Une rentrée politique ? - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider


 

Peu d’échos du côté du Ministère sur les classes supprimées, les enseignants non remplacés, les établissements ECLAIR, les fermetures de classe dans le premier degré, les réformes des programmes ….

Mais beaucoup d’informations externes inondent les médias : les partis politiques qui présentent leur programme éducatif (PS, UMP …), les think tank également : Terra Nova a présenté le jeudi 8 septembre ses propositions en présence de F. Dubet et de B. Julliard responsable de l’Education au PSL’OCDE rend un rapport sévère sur le système éducatif français : pointant les inégalités sociales et ethniques qui augmentent, le manque d’investissement du budget de l’Etat, la baisse de la scolarisation des 15-19 ans, et le recul des salaires des enseignants.

On peut entendre les remontées du « terrain » comme on l’appelle : des professeurs ballotés entre plusieurs établissements, des enseignements non assurés, des classes où le nombre d’enfants augmente, pas de place pour les enfants en dessous de 3 ans à l’école maternelle, une commune qui choisit d’employer un maître plutôt que de fermer son école (Puy St-Vincent). Un proviseur qui demande à une université allemande de lui envoyer un jeune étudiant pour assurer les cours d’allemand non pourvus … ! En Finlande, il y a 10 candidats pour un poste d’enseignant : nous n’aurons pas la cruauté de mentionner les ratios français, mais ils sont, hélas révélateurs des difficultés. Le florilège pourrait continuer.

Alors que pouvons -nous dire qui n’a pas déjà été seriné maintes fois ?

Il revient aux dirigeants de délivrer une vision optimiste de l’éducation et de l’avenir de nos enfants. Il faut croire dans l’éducabilité de tous, croire dans les capacités des « petits poucets et poucettes » évoqués par Michel Serres mais aussi mettre notre confiance dans le talent et le dévouement des enseignants et des chefs d’établissement qui chaque jour accomplissent des prouesses en dépit des conjonctures souvent accablantes. Il faut croire à la noblesse de la mission d’éducation.

L’essentiel aujourd’hui n’est plus dans le constat mais dans le comment faire :


  • Former les maîtres à l’ensemble de leur tâches (transmission des connaissances, , accompagnement des parcours, aide à l’orientation, conduite d’équipe et travail de groupe, etc.
  • Donner aux établissements sous le contrôle des conseils d’administration la marge en heures postes pour aménager les services en fonction des possibles de chaque établissement. Il n’est pour cela nul besoin de se lancer dans une nouvelle bataille sur les statuts.
  • Donner les moyens administratifs et juridiques souples et simples de rémunérer tous les intervenants extérieurs (universitaires, associations, vacataires, professionnels, etc.)
  • Donner les moyens aux établissements d’organiser à l’interne et en réseau les formations continues en suivant la temporalité des projets conduits...


L’Ecole primaire doit être restructurée avec comme objectif principal l’acquisition des fondamentaux. Programmes, recrutement, formation, contrôles des méthodes, aides doivent être entièrement repensées sans tabous.

 

La crise actuelle de l’Ecole est aussi une chance pour réussir une transformation en profondeur dans un large consensus. Il nous semble que le moment est venu d’unir toutes les forces qui croient dans l’amélioration du système éducatif pour transmettre un message aux politiques : il est urgent de s’occuper de l’école, pas seulement parce que nous allons entrer en campagne électorale, mais parce que l’Ecole qui représente notre devenir doit être au cœur de la réflexion politique.

Il s’agit également de donner tout son sens à l’égalité des droits (et non des chances). Le moment n’est plus celui de l’accueil mais celui de la réussite de tous les élèves qui entrent dans notre école. Une société capable de faire réussir tous ses enfants sera d’autant plus capable de dégager une élite éclairée et humaniste. La société n’est pas composée que d’individus, le corps social doit être traversé de liens puissants pour faire émerger une société démocratique. L’école est l’un des principaux composants du ciment social, encore faut-il lui donner avec une visée audacieuse, les véritables outils si l’on veut échapper aux sirènes démagogiques ou populistes.

 

Education et Devenir

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES