Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Evaluation des enseignants : réactions ! - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Evaluation des enseignants : Ce qu’en pensent inspecteurs et chefs d’établissement

"On prend le problème à l’envers", affirme Philippe Tournier, secrétaire général du Snpden, le premier syndicat des chefs d’établissement, interrogé par le Café. "Le ministère met en avant une évaluation qui présuppose une évolution du métier qui n’a pas eu lieu. On demande d’évaluer un métier au contenu non défini. C’est difficile !".

 

"Que ce soit le rôle de la direction d’évaluer les personnels du point de vue de leur contribution au collectif ce n’est pas scandaleux", ajoute-il. "En revanche cette évaluation ne peut pas aller sur les aspects disciplinaires. Un chef d’établissement n’est pas en mesure de juger un cours de maths par exemple". Quant à l’évaluation à partir des progrès des élèves, P Tournier estime que "ça n’a ni queue ni tête". "Pourquoi les élèves d’une classe progressent-ils en maths ? Parce qu’ils ont de bonne s bases ou à cause de leur professeur ? On ne peut pas mesurer l’impact individuel sauf cas extrêmes. Une vraie modernisation ce serait de réaliser que la dynamique de progrès des élèves est collective. On peut concevoir et mesurer ce progrès collectif. On peut savoir si un établissement fait avancer ses élèves". Un débat que le Snpden entend faire remonter vers la rue de Grenelle.

 

"L’administration ne sait pas où elle va", craint Patrick Roumagnac, secrétaire général du SIEN, principal syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale. Il nous confie reconnaître un aspect positif au texte : "en finir avec l’infantilisation de la note". Mais, "le plus gros problème c’est la non prise en compte des compétences disciplinaires, ce qui ne remet pas en cause l’importance du regard du chef d’établissement dans le second degré. Un autre point noir c’est la nouvelle grille d’avancement qui ramène la quasi totalité des enseignants au rythme de l’ancienneté actuelle".

 

Peut-on évaluer un enseignant sur les progrès des élèves ?"C’est aberrant", nous répond P Roumagnac. "Cela ne tient aps compte du contexte . Ce qui pos eproblème c’est la centration du acteur individuel. Il faut arriver à évaluer la prise de conscience de l’enseignant des possibilités de traiter les choses différemment en confiance. Pour que l’entretien ait du sens il faudrait qu’il ne soit aps la seule forme d’évaluation. Sinon on risque d’avoir des entretiens bien préparés où l’enseignant ne dit rien de ses difficultés ou de ses doutes".

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES