Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Evaluation des personnels : savoir raison garder ! - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

C’est la guerre ! Réaction martiale d’un syndicat à la divulgation de deux textes ministériels sur l’évaluation des personnels. Et la réflexion sur ladite évaluation de se trouver polluée par une controverse où les positions se radicalisent :

  • Parti pris idéologique du ministre qui laisse « fuiter » un projet d’arrêté et un projet de décret ficelés à la virgule près mais dont il dit qu’ils sont ouverts à la concertation. Curieuse conception du dialogue social !
  • Réaction syndicale épidermique confortant des modes d’évaluation qui ne satisfont personne et obérant toute réflexion sérieuse sur le sujet.
  • Réveil des tensions entre personnels enseignants et chefs d’établissement dont, une fois plus, la légitimité pédagogique est mise en cause.


Il nous semble que le sujet mériterait une réflexion plus sereine :

  1. L’évaluation des personnels enseignants est une nécessité. Elle découle de leur statut de fonctionnaire. Dès la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le principe de la responsabilité des fonctionnaires publics devant les citoyens est posé. Le métier d’enseignant est certes difficile parce que c’est une profession de l’humain. Il ne doit pas pour autant conduire à une conception libérale de l’exercice professionnel. La liberté pédagogique suppose le choix des méthodes employées, elle ne signifie pas indépendance et irresponsabilité.
  2. La société est en droit d’attendre des résultats de son école. Les dernières publications internationales interrogent la position de la France dans la possibilité de conduire une classe d’âge à la réussite scolaire. L’évaluation du système, de ses unités de base et de ses professionnels n’est pas illégitime. Cette évaluation ne doit pas viser une place dans un palmarès mais contribuer aux régulations, accompagnements et attribution de moyens souhaitables.


 

La manière dont l’évaluation des personnels du second degré est aujourd’hui conduite ne satisfait plus personne :

 

  1. La notation administrative par les chefs d’établissement est à bout de souffle. Les critères d’assiduité, de rayonnement et d’autorité laissent perplexes ceux qui doivent les appliquer. Les réponses sont soit subjectives soit stéréotypées. La note proposée est encadrée dans des grilles qui ne laissent qu’une part congrue à l’initiative et à une juste appréciation de la manière de servir. L’art du chef d’établissement évaluateur consiste donc surtout à ne pas sortir des clous !…Personne n’est dupe du caractère dérisoire de cet exercice annuel.
  2. La notation pédagogique par les inspecteurs fait l’objet de critiques récurrentes : contrôle de conformité quant à l’application des programmes, jugement « esthétique » sur la manière de faire leçon, rythme des visites, etc. La note pédagogique est attribuée par l’inspecteur à l’issue d’une visite de classe d’une heure et d’un entretien entre l’évaluateur et l’évalué, elle s’applique jusqu’à la prochaine inspection qu’il faut attendre dans un délai de 3 à 8 ans. Malheur au prof indisposé ou en difficultés personnelles le jour fatidique… Aujourd’hui, les rapports d’inspection qui s’intéressent explicitement aux résultats des élèves sont minoritaires. Lire la suite :


L'évaluation des enseignants {PDF}

lire aussi le commentaire de touteduc

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES