Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Collège unique ? faux débat, vraie tartufferie - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

 

Éducation & Devenir livre avec "plaisir" à ses lecteurs une nouvelle de première main : François Fillon et Luc Chatel réunis viennent de réinventer le collège de René Haby avec un joli palier de e" data-scaytid="47">5e.

Article 4 de la Loi n°75-620 du 11 juillet 1975 relative à l’éducation

« Les collèges dispensent un enseignement commun, réparti sur quatre niveaux successifs. Les deux derniers peuvent comporter aussi des enseignements complémentaires dont certains préparent à une formation professionnelle ; ces derniers peuvent comporter des stages contrôlés par l’État et accomplis auprès de professionnels agréés. La scolarité correspondant à ces deux niveaux et comportant obligatoirement l’enseignement commun peut être accomplie dans des classes préparatoires rattachées à un établissement de formation professionnelle.  »

Décret n° 2012-222 du 15 février 2012, relatif aux dispositifs d’alternance personnalisés

durant les deux derniers niveaux de l’enseignement au collège

« Dans le cadre de ces dispositifs d’alternance personnalisés, des aménagements particuliers doivent permettre, durant les deux derniers niveaux de l’enseignement des collèges, une découverte approfondie des métiers et des formations, ainsi qu’une première formation professionnelle  ».

Évidemment, on personnalise ce à quoi Haby n’avait pas pensé. Où avait-il la tête ? La personnalisation change tout. On éjecte personnellement. C’est bien plus acceptable n’est-ce pas ?

 

Le collège Haby (qui n’existe plus depuis l’ordonnance 2000-549 de juin 2000, JORF 22 juin 2000) était-il unique ? Que voilà un joli sujet de controverse ! Mis à part l’affirmation suivante : « Tous les enfants reçoivent dans les collèges une formation secondaire. Celle-ci succède sans discontinuité à la formation primaire en vue de donner aux élèves une culture accordée à la société de leur temps  », rien ne permet de dire que le collège voulu par René Haby était unique. Il ne l’a d’ailleurs jamais été : peut-on oublier les SES devenues SEGPA, les CPPN qui prolongeaient les classes pratiques et les multiples formules de classes de niveau qui ont été inventées après la e" data-scaytid="35">5ème ? Haby a toujours récusé l’idée d’un collège unique, son propos étant de rationaliser une formation émiettée dans des structures parallèles et surtout de moderniser l’enseignement de base.

 

Si certains collégiens s’ennuient, s’ils n’apprennent pas convenablement, la bonne idée serait peut-être de changer les pratiques pédagogiques et le mode de fonctionnement des établissements. C’est ce qu’avait compris Alain Savary qui a remis les établissements au travail sur la pédagogie, en association avec les familles. Avant de virer les élèves, regardons un peu nos pratiques. Saine intention qui a tourné court, au grand soulagement d’une partie de la classe politique et de quelques syndicats d’enseignants, gauche comprise. Le « modèle » Savary peut maintenant jouer le rôle de référence mythique, un peu à la manière du plan Langevin – Wallon. Il introduit une douce nostalgie dans les débats et permet de refaire une unanimité à peu de frais.

 

Collège unique ? faux débat, vraie tartufferie. Si les compétences acquises doivent être les mêmes au terme de l’école fondamentale, les manières d’y parvenir doivent être différenciées à l’intérieur des mêmes établissements selon les populations d’élèves et leurs besoins. La découverte du monde professionnel ne doit pas être une punition pour exfiltrer les élèves en difficulté. Elle concerne tous les élèves et doit faire l’objet d’une véritable réflexion (les professeurs de SES et d’histoire-géographie sauraient piloter utilement cette découverte). Enfin, l’école ne peut pas inventer les solutions à l’extrême pauvreté des enfants et de leur famille. Aux politiques de prendre leurs responsabilités et de nous dire, en ces temps préélectoraux, comment ils comptent s’y prendre pour partager les richesses matérielles et culturelles.

 

 

 

 

 

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES