Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Nathalie MONS : sauver les valeurs scolaires de l'école républicaine - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Nathalie Mons : Sauver les valeurs scolaires de l’école républicaine

"Si dans le cadre de ce drame ( de Toulouse).. les élites éducatives n’ont pas été en capacité de définir, à l’adresse des enseignants, ces valeurs et ces normes qui fondent la cohésion sociale à la française, c’est parce que, depuis vingt ans, les politiques scolaires... ont progressivement déconstruit cet ensemble de valeurs et de normes qui fondaient la fameuse « école républicaine »". Nathalie Mons, maître de conférences à l’UPE MLV, analyse la déconstruction régulière de l’école républicaine accélérée sous Sarkozy. Il pose surtout l’exigence de sa rénovation.

 

Si l’éducation est une des thématiques valorisées durant cette campagne présidentielle, c’est parce que la société française s’interroge, de façon aiguë en 2012, à la fois sur la réalité de son principe méritocratique - la panne de l’ascenseur social, l’accroissement des inégalités de réussite, l’impasse sociale des ghettos scolaires… mais aussi plus largement sur sa capacité de cohésion sociale et nationale. C’est sur ce terrain que récemment et tragiquement, l’affaire Mehra, paradoxalement située dans un monde fort étranger à l’éducation - le terrorisme - est venue réactiver la référence à l’institution scolaire. Aux côtés de l’institution policière, incarnée par ces hommes cagoulés de noir du RAID dont les images furent relayées en boucle par les médias, l’école a été convoquée dans le drame de Toulouse. Elle y a, en effet, joué un triple rôle symbolique qui ne tient pas au hasard : elle fut le contexte physique dans lequel furent perpétrés les assassinats d’enfants ; elle fut l’instance sociale où se déroula l’hommage aux victimes - la minute de silence fut organisée dans les classes - et enfin, elle fut le lieu où la collectivité nationale était censée penser à la fois les origines et les conséquences de ces crimes tragiques - après la minute de silence, les maîtres devaient lancer un débat avec leurs élèves sur les conditions du vivre ensemble dans la société française de 2012.

suite de l’article :

http ://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/04/06042012_N_Mons.aspx

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES