Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
édito de juin 2012 : Le changement et l’Ecole - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

 

Après des années de propositions et d’actions difficiles pour la défense d’un grand service public d’éducation plus juste et plus démocratique, le 6 mai 2012 sera-t-il le point de départ, enfin, d’un grand dessein national et d’un plan stratégique qui ouvrent la voie aux essentielles transformations des pratiques professionnelles à tous les niveaux de notre système d’enseignement.

Nous sommes heureux de constater que le nouveau Ministère est composé de professionnels de l’Education. Les cabinets de Vincent Peillon ou du Premier Ministre sont composés d’experts familiers de nos colloques et séminaires : Christian Forestier, Jean-Paul Delahaye, Jean Paul De Gaudemar, Claude Lelièvre, Philippe Joutard... Leurs engagements sont, nous pouvons l’espérer, un gage sûr pour la refondation tant attendue de l’Ecole. Qu’un ministère soit dédié à la réussite scolaire est un signal fort et il faudra veiller à la cohérence des trois ministères dédiés à l’éducation.

Notre association a été conduite à publier des propositions, leviers essentiels pour lesquels nous attendons des actes.

L’école fondamentale. C’est dans les quartiers défavorisés qu’il faut en urgence débloquer des postes en maternelle et en primaire et donner là l’exemple de l’école de l’avenir. Les programmes, les pratiques pédagogiques, l’idée de socle commun, son contenu et son évaluation, le LPC, le lien indispensable entre école primaire et collège doivent être analysés et modifiés pour une plus grande efficacité. En ce sens, les postes doivent être d’ores et déjà pensés en fonction de nouvelles missions. C’est là que se trouve l’enjeu majeur pour renouer un lien fort entre la nation et son école et retrouver la confiance dans une école libératrice.

L’autonomie pédagogique des établissements que nous défendons pour mieux d’Etat dans les territoires n’est ni l’autonomie financière ni celle du chef d’établissement. Elle nous semble indispensable pour permettre l’adhésion de tous les membres de l’établissement à la réussite de leurs élèves. Les pistes pour une organisation interne nouvelle existent déjà : conseil pédagogique, conseil d’administration, professeurs référents, responsables de projets... Des marges de manœuvre en heures–postes sont notamment nécessaires si on veut obtenir des professeurs un engagement constant et définir des services nouveaux sans alourdir les tâches déjà considérables et répondre aux besoins.

La cohérence éducative réclame par ailleurs un pilotage démocratique du système éducatif et que disparaisse le « up-down » qui fait penser qu’une circulaire règle tout... La suradministration et le pilotage par les chiffres sont le contraire d’un pilotage respectueux de tous les acteurs. Une mise en réseau des établissements et des politiques éducatives doit se faire sur des territoires, des secteurs d’éducation concertés, conçus avec les partenaires de l’Ecole afin que les établissements deviennent des pôles de ressources dans ces territoires.

Ecole fondamentale, évolution des pratiques pédagogiques, autonomie pédagogiques des établissements scolaires et mise en réseau grâce à une décentralisation accrue permettront la refondation de l’Ecole que nous appelons.

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES