Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Gérard Moreau rend compte de la journée d'études E&D au lycée Henri IV - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

la journée d’études Education & Devenir vue par Gérard Moreau

F DUBET et M C CORTIAL
"Excellente journée "Education et Devenir" au lycée Henri IV sur le thème " L’égalité : enjeu de l’école ?" ; Je dis excellente, car elle fut dense, conviviale et riche d’enseignements. François DUBET après un rapide et "chirurgical" historique a remis les choses en place... " l’égalité des chances est au mieux un mythe , au pis une escroquerie"... En réalité, l’école, telle qu’elle fonctionne, au bénéfice d’une petite minorité socialement et culturellement privilégiée, accentue mécaniquement les inégalités sociales et scolaires. F CLERC présente la journée
François DUBET a insisté sur le fait que recruter à Bac plus 5, ce qui en soi n’est pas condamnable, entraîne un "embourgeoisement" du corps enseignant qui s’éloigne sociologiquement du public auquel il s’adresse ; mutin, il a rappelé que Condorcet avait préconisé le célibat et l’absence d’enfants pour les enseignants !!! ( cette règle a d’ailleurs été appliquée dans les EN et à l’ENS, filles et garçons séparés, célibat "recommandé" jusque dans les années 30) et Jaurès de suggérer l’interdiction des syndicats chez les enseignants...pour éviter les dérives que nous connaissons. François DUBET
Dubet a ouvert quatre pistes pour avancer :

- Développer la " philosophie du socle" (Rawls), travailler pour tous en distinguant ce qui relève de l’ambition et ce qui apparait comme exigible de tous. Modifier les critères de jugement.
- L’Ecole et le mérite : s’interroger sur le rôle ravageur du mérite "scolaire" ; développer une approche multi-critères ( le mérite ne peut avoir une forme unique traduite par le diplôme, il y a de multiples formes de mérite), créer de l’espoir, tendre vers un lycée modulaire où l’élève construirait son parcours.
- Neutraliser l’utilitarisme : ce qui revient à se poser la question suivante : quelle société voulons-nous ? quelle école ? quel individu ? quelle éducation ? l’Ecole n’étant qu’un des éléments de l’éducation, elle ne peut se résumer à une forme unique, élitiste, répondant aux attentes et aux privilèges d’une classe sociale, en clair fonctionner comme une rente, elle doit être accueillante, bienveillante, bientraitante pour tous.
- Revoir les contenus, dont le caractère encyclopédique est régulièrement dénoncé, leur élaboration éthérée fait que l’on tend vers un absolu inatteignable. Il faut définir ce qu’on exige de tous. B TOULEMONDE

Bernard Toulemonde nous a plongé dans les notions de droit au regard de l’égalité. Là aussi petite leçon d’histoire, retour sur la déclaration universelle des droits de l’homme... et sur le concept de " libertés publiques". Le droit formalise mais ne garantit rien. En matière d’éducation les formules pompeuses et creuses (Loi de 89 et de 2005, art L-111- 1,L-131-1 et L-122-1) fleurissent comme la mitraille à Gravelotte...
L’égalité notoirement détournée en "égalitarisme" verrouille un système qui se doit d’être uniforme partout en France et la gestion s’appuie sans vergogne sur une fiction confortable " tous les EPLE et tous les enseignants se valent, sont identiques, un égal un, ce qui, chacun le sait, est un mirage ; on se berce d’illusions.
100 personnes environ dans la salle de l'oratoire d'Henri IVIL faut réintroduire de la différenciation, du pouvoir d’appréciation pour gérer intelligemment le système ;
La volonté politique est la clef de toute avancée et elle doit prendre en compte davantage la notion d’équité plutôt que celle d’égalité.
Comme l’affirme Bernard " là où il y a une société, il y a du droit" , mai le si le droit est nécessaire, il n’est pas suffisant....

Xavier NAUEnfin Xavier NAU a présenté le rapport du CESE sur les "inégalités à l’école" récemment publié. Je reprends rapidement les têtes de chapitre :
- inégalités devant la "réussite scolaire" dans un système construit pour l’élite.
- Corrélation inégalités scolaires, inégalités sociales.
- L’école renforce les inégalités
- Le système se donne "bonne conscience" en exfiltrant les meilleurs des quartiers sensibles.
Le modèle est à refonder en acceptant la diversité et en agissant sur cinq leviers :

- Faire de l’école primaire la priorité.. traiter les difficultés dès qu’elles apparaissent ( une école,une équipe avec un enseignant spécialisé en surnombre)
- Redéfinir le métier d’enseignant et redonner du sens à la formation.
- Revoir la politique d’éducation prioritaire.
- Repenser l’organisation territoriale de l’éducation : pilotage, autonomie...
- Assurer la conduite de la "refondation" , des moyens au service d’une politique dans une temporalité affichée.

Voilà du " grain à moudre".

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES