Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Georges ROCHE : penser l'école en réseaux - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Réseaux d’écoles et territoires .

 ____________

 

 Deux textes importants ont été publiés dans les conclusions du colloque de St.Denis : l’un de Philippe Joutard, ancien recteur, l’autre de Mathieu Hanotin, vice président du Conseil Général de Seine St.Denis. Ils illustrent les points de vue d’un éducateur qui fut en charge de responsabilités éminentes dans le système éducatif traditionnel, et celui d’un élu en charge de l’éducation.

 L’un et l’autre font apparaître cette nécessité d’un autre fonctionnement du système national d’éducation : l’insertion territoriale des établissements des ler et second degré relevant de l’école obligatoire.

 Education et Devenir ainsi que des partenaires associatifs et syndicaux ont inscrit dans leurs propositions pour l’école la reconnaissance d’une école fondamentale accompagnant tous les enfants préadolescents et adolescents de 3 à 16 ans. Cette école a pour mission d’instruire, d’organiser des connaissances acquises chez elle et ailleurs dans un environnement culturel nouveau qui s’impose à tous par les médias et des sources variées familiales ou de proximité. L’école n’est plus la seule source du savoir mais elle est en charge d’éduquer pour une »égalité-participation » d’une autre communauté de citoyens instruits et cultivés.

 L’école primaire, le collège définissent un projet éducatif mais l’élève est aussi sollicité par des activités extra scolaires recouvrant des domaines culturels offerts par des établissements spécialisés ( écoles de musique, de danse , associations sportives, théâtrales, chorales, arts plastiques etc…) Ces établissements relèvent le plus souvent de communautés de communes, de conseils généraux voire départementaux. Ils restent souvent ignorés des établissements scolaires et cette ignorance participe de l’ »indépendance » d’un système éducatif en marge d’une vie sociale.

 Il est nécessaire d’engager une démarche de coopération ; la politique d’une nation du e">21ème siècle est celle d’une gouvernance décentralisée.

 

 Le réseau est un concept universel de relations entre partenaires (établissements scolaires par exemple) se partageant une œuvre commune de promotion humaine et citoyenne. Ecoles, collèges et partenaires sociaux appartiennent à un territoire défini ( commune, communauté de communes, département) ; les enfants et adolescents concernés sont issus d’une société urbaine, rurale souvent mixte.

 L’élément primordial d’un réseau repose sur la confiance entre les acteurs soucieux d’une collaboration régulière. En l’occurrence l’œuvre est commune. La réussite des élèves va dépendre de facteurs dont certains sont liés à l’environnement politique, économique, culturel et social. Chaque territoire est doté d’établissements et d’associations reconnus souvent fréquentés par les élèves et collégiens. Les écoles obligatoires ne peuvent les ignorer. Le réseau d’appartenance aura à assurer, faciliter, organiser régulièrement ou ponctuellement les contacts avec les établissements publics et ceux sous contrat d’association, avec les élus et les représentants des parents.

 Cette démarche de mise en commun est de l’ordre du contrat de coopération entre des acteurs autonomes en matière pédagogique, d’organisation des classes et d’accompagnement des élèves. Le réseau repose sur une adhésion à une auto organisation libre de concevoir des objectifs spécifiques, de mutualiser certains moyens. L’école fondamentale prépare l’orientation des élèves vers les apprentissages et les lycées de toute nature ouvrant les voies aux enseignements supérieurs. Ces lycées sont susceptibles d’organiser leurs propres réseaux mais ils ont à connaître ceux qui sont insérés dans des territoires déterminés. Ces réseaux ne sont pas étanches.

L’appartenance à un réseau est libre mais contraignante (réunions des chefs d’établissement et des acteurs, identification d’un lieu de coordination) .Les échanges relationnels électroniques ne peuvent pas se substituer à la rencontre, à la concertation, aux échanges ciblés et définis. Le réseau n’est pas une instance hiérarchique supplémentaire mais il peut être l’interlocuteur, le correspondant permanent des administrations départementales ou rectorales.

 Une volonté politique est nécessaire pour proposer une démarche éminemment humaniste. Elle doit avoir pour but de restituer l’école, le collège au territoire, à la société qui lui confie ses enfants.

 

 

 

Lyon le 7 juin 2012 

G.ROCHE

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES