Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Mise en garde - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

S’il marque le début d’un repos bien mérité, ce mois de juillet ne nous encourage guère à la bonne humeur, à la pensée de la rentrée de septembre et de l’avenir des réformes que nous soutenons.

Autour de nous, les réformes, qui indignent certains, sont pourtant appliquées et parfois depuis bien longtemps. L’enseignement agricole, depuis vingt ans, pratique avec succès, un enseignement pluri disciplinaire. Les Jésuites, dont on connaît les talents en matière de pédagogie, favorisent depuis quelques années des expériences novatrices : micro lycées, évaluation par compétences en collège, accueil des enfants migrants, éducation à l’intériorité.

Ces réformes sont aussi soutenues : Abdennour Bidar, chargé de mission au Ministère sur la laïcité, et producteur à France-Culture, signale que nous avons besoin « d’un socle commun sur la laïcité » pour répondre aux besoins des élèves qui vivent dans un brouhaha social ».

Le 10 juillet, Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, saluait dans les réformes en cours dans notre institution, « l’ouverture d’un chantier important pour l’avenir de la société française ». Il propose son « accompagnement dans cette direction » et préconise aussi d’accentuer la formation des enseignants et des chefs d’établissement, la lutte contre l’échec scolaire, le soutien aux élèves et aux établissements défavorisés…

Et pourtant nous ne pouvons nous départir d’un sombre pressentiment. La réforme du collège va-t-elle survivre à un accouchement si difficile ? Les enseignants de maternelle attendent toujours les éléments pour les futurs programmes. La formation au futur enseignement moral est inexistante. Les futurs programmes seront-ils bien en phase avec la logique des cycles ? Les garanties consenties aux lobbies, à certains syndicats, à certains intellectuels médiatiques ne sont-elles pas, comme ce fut si souvent les cas dans le passé, le signal d’un renoncement plus politique profond ?

La réforme du collège, prévue par la loi de refondation, loi approuvée par l’Assemblée Nationale, est tournée vers une seule finalité : faire en sorte que notre école parvienne à limiter les effets des inégalités sociales, et n’abandonne personne sur son chemin.
Le système éducatif français est une lourde machine.

Pour réussir la mise en place de la réforme du collège et la liaison avec les écoles primaires, il est nécessaire que la réflexion s’engage dans les équipes dès la rentrée. Et de fait, depuis quelques mois, en dépit de la désinformation et de la prégnance d’un certain immobilisme disciplinaire, dans beaucoup d’établissements, ce travail est en marche. Au niveau local, chacun sent bien, sait, qu’il est devenu indispensable de faire évoluer les pratiques pédagogiques et éducatives. L’intelligence du terrain se manifeste, la réponse aux besoins des élèves s’élabore.

A ce jour, il faut bien dire, que pour les enseignants, mise à part leur lettre de mission, rien n’a concrètement changé depuis le vote de la loi de refondation.

Education & Devenir, comme ses partenaires, met en garde le pouvoir : céder pour des raisons de stricte politique serait désastreux, non seulement dans l’immédiat, mais hélas pour de très nombreuses années.

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES