Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Loin des Etats généraux sur la sécurité à l'école : simplisme et répression ! - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

Nicolas Sarkozy annonce l’ouverture d’établissements spécialisés pour les élèves perturbateurs à la rentrée 2010

« Dans chacun des 53 établissements identifiés comme particulièrement sensibles », il sera proposé aux chefs d’établissement « la mise en place d’un policier ou d’un gendarme référent », annonce Nicolas Sarkozy, mardi 20 avril 2010, à l’occasion d’un déplacement à Bobigny (Seine-Saint-Denis). « Nous allons demander l’installation d’un bureau pour qu’il puisse recevoir les jeunes à l’intérieur des établissements. Cela se fera sur la base du volontariat du chef d’établissement », ajoute le président de la République. Si les chefs d’établissement venaient à « refuser la présence d’un policier référent, ils devront le signaler par écrit au ministre de l’Intérieur ». « Comme cela, chacun prend ses responsabilités », estime Nicolas Sarkozy.

Le président de la République indique également que seront créés, « dès la rentrée prochaine, des établissements spécialisés qui permettront d’accueillir des jeunes de moins de seize ans qui perturbent gravement la vie scolaire par leur comportement ». Il précise que deux établissements seront créés en Seine-Saint-Denis. « Certains chefs d’établissement sont totalement désemparés lorsque trois, quatre ou cinq jeunes rendent la vie impossible, terrorisent les autres, les professeurs », poursuit Nicolas Sarkozy. « Ces jeunes seront mis dans des établissements spécialisés. Nous devons préserver à tout prix la sécurité de nos enfants dans les établissements scolaires. »

ABSENTÉISME : UNE PROPOSITION DE LOI

En outre, le président de la République annonce que le député Éric Ciotti (UMP, Alpes-Maritimes) « déposera une proposition de loi à l’Assemblée nationale dès la semaine prochaine » pour que « la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif d’un élève [ait] un caractère systématique ». « C’est trop facile de déresponsabiliser les gens. Les familles ont aussi une responsabilité », affirme Nicolas Sarkozy.

Réponse d’Education & Devenir au député Eric CIOTTI

Monsieur le député
Je vous informe de notre profond désaccord sur le projet de loi que vous envisagez de déposer dans la perspective de la suppression effective des allocations familiales en cas d’absentéisme répété.
Cette loi sera évidemment contre-productive si l’on en juge par les propos tenus par l’ensemble des conférenciers et l’immense majorité des récents "Etats généraux sur la sécurité à l’Ecole".
Il y a été dit en particulier que un cinquième des cas d’absentéisme était dû à des peurs d’origines diverses. Une loi qui serait à l’origine de 20% d’injustices constitue une véritable infamie.
Il nous semble par ailleurs inutile d’ajouter des difficultés à des familles qui sont le plus souvent les plus démunies.
Il y a d’autres façons de favoriser la nécessaire co-éducation entre l’Ecole et la famille.
Avec mes meilleures salutations

Claude Rebaud

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES