Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/users5/r/rebaudclaude/www/eduETdev_fr/config/ecran_securite.php on line 245
Sur le débat autour des rythmes scolaires - [Education et Devenir]
logo ED
slider slider slider slider slider

En posant côte à côte ces deux termes, on en vient très vite à dévider bon nombre de problématiques dont en voici quelques-unes, en vrac.
L’élève ne peut pas, ne peut plus être considéré comme un seul élève. Il ne peut être compris que dans sa globalité d’enfant.
Cela induit aussitôt une autre réflexion : le temps scolaire est un des temps de l’enfant. Il ne peut être réfléchi qu’au sein d’une temporalité plus large dont il est l’un des points forts et un repère quotidien, hebdomadaire et annuel.
De plus, le temps d’appropriation, d’assimilation des savoirs et des compétences doit être pris en compte dans la notion même de temps scolaire ce qui veut dire qu’on ne peut le confier qu’après une réflexion tripartite (Etat, collectivité territoriale, établissement) qui engage chacun dans un partenariat fort et donc induit une autonomie forte de l’établissement en la matière.
Parallèlement, on ne peut nier aujourd’hui que le temps de l’élève ne peut être en adéquation totale avec le temps de l’enseignant, que le concept d’unité de temps, d’espace, de groupe est caduque au regard de la nécessité désormais d’une temporalité mobile qui inclut le temps d’apprendre comme le temps de s’exercer, qui privilégie, peut-être, une certaine durée dans laquelle la notion de parcours, donc d’individualisation, émerge.

Au terme de ces quelques réflexions jetées sur la toile, il ressort essentiellement que la notion de rythme scolaire ne peut être réfléchie, travaillée et modifiée seule. Elle fait partie d’une problématique beaucoup plus large qui englobe le service public d’éducation tout entier dans son organisation temporelle mais aussi structurelle. S’attaquer aux rythmes scolaires et à eux seuls ne peut conduire qu’à une impasse.

barre

ACCES DES ADHERENTS

se connecter

(accès privilégié à nos
cahiers et publications)

MENTIONS LEGALES